Envie de participer ?

CD 64 rugby

Comité Départemental de rugby des Pyrénées-Atlantiques

14

déc. 2021

Pottoka 2: "la motivation des clubs a été un moteur"

Publié il y a 8 mois par Béatrice PAGNOUX

Alain Fariscot, responsable des activités transfrontalières au CD 64, dresse le bilan de ce premier Euro Challenge féminin avant la finale dimanche 19 décembre en Espagne.

Responsable de la commission "Transfrontalier" du comité départemental de rugby du 64, institution qu’il a présidée, Alain Fariscot dresse le bilan de ce premier Euro Challenge, le Pottoka 2, dont les finales se jouent le dimanche 19 décembre, en Espagne. Ce tournoi transfontalier, sur invitation et réservé aux équipes féminines de Fédérale 2, a permis à quatre équipes, deux Espagnoles, deux Françaises, de se rencontrer sur trois dates. Et aux arbitres espagnols de tenir le sifflet chez nous, et inversement.  

Etes-vous satisfait d’avoir eu l’idée de lancer ce challenge féminin d’après COVID ? 
Alain Fariscot.- C’était très difficile parce que les calendriers ne sont pas harmonisés. Les dates libres des deux côtés n’étaient pas simples à trouver. Mais grâce à la volonté de tous, on y est arrivé. Les responsables de clubs étaient avides de se rencontrer pour réaliser ces échanges pour le rugby bien sûr mais aussi des échanges culturels. Il se trouve que le calendrier du championnat de Fédérale 2, plus léger que celui de l’Elite 1 bien sûr, nous a donné quelques dates de libre. C’était moins facile pour les Espagnoles mais on y est arrivé. 

Quels ont été les points forts de cet Euro Challenge ? 
A.F.- C’est incontestablement le volontariat, le désir de jouer. La motivation des clubs a été un moteur pour que ça fonctionne. 
Et puis nous n’avons eu aucun problème. Celui de l’arbitre espagnol débarqué au pied levé en remplacement de celui prévu initialement est anecdotique. Il n’a donc pas pu prendre connaissance des règles FFR et comme dans cette catégorie, il y a des différences sur les mêlées etc… 
Les arbitres et représentants fédéraux sont satisfaits eux aussi de la qualité de l’organisation et des réceptions du club qui recevait, aussi bien en France qu’en Espagne. 

Un ou deux points faibles à relever ? 
A.F.- Je n’ai qu’un regret : qu’aucune équipe française ne dispute la grande finale. 
Et puis je souhaiterais qu’on allège la liste des documents à fournir, plus de simplicité dans les démarches. Pour ce challenge, on a tout déposé, calendriers, dates, règlements etc. Et pour chaque jour de match et là encore pour la finale, on a encore du demander une autorisation etc. C’est lourd. 

Quel avenir peut-on souhaiter à cet Euro Challenge ? 
A.F. - Je souhaite que ce Pottoka 2 soit pérenne. L’élargir à 6 équipes est possible mais demandera quatre dates. Mais tout est possible. On a d’autres projets à mettre en place aussi notamment avec le Seven, discipline olympique, qui peut se jouer sur un jour et prendra moins de dates. 

Photos associées : Euro basque challenge féminin Pottoka 2

Le point après les deux journées de tournoi.

Une touche à l'avantage des landaises de  Rugby Féminin Peyrehorade Chalosse Tartas

Une touche à l'avantage des landaises de Rugby Féminin Peyrehorade Chalosse Tartas

Organisateurs, capitaines, arbitre et représentant fédéral

Organisateurs, capitaines, arbitre et représentant fédéral

L'équipe de Bera Bera

L'équipe de Bera Bera

Les deux équipes unies après la rencontre Bera Bera en bleu, Rugby Féminin Peyrehorade Chalosse Tartas

Les deux équipes unies après la rencontre Bera Bera en bleu, Rugby Féminin Peyrehorade Chalosse Tartas

Biarritz - La Unica

Biarritz - La Unica

Y'a de la joie pour les filles de La Unica

Y'a de la joie pour les filles de La Unica

Heureuses les filles de Pampelune

Heureuses les filles de Pampelune

Biarritz - La Unica

Biarritz - La Unica

Le plaisir des rencontres transfrontalières

Le plaisir des rencontres transfrontalières

L'équipe du Biarritz Olympique

L'équipe du Biarritz Olympique

Commentaires